Immobilier: Les effets de la crise de la Covid-19

Publié il y a 4 mois

La crise sanitaire due au coronavirus a lourdement impacté de nombreux domaines. Mais quels ont été les effets de cette crise sanitaire de la Covid-19 sur l’immobilier ?

Une économie modérément impactée

Alors que le secteur de l’immobilier avait connu une année 2019 grandiose, la crise causée par la Covid-19 est venu stopper toute activité. L’’immobilier a vu son économie quasiment se geler durant la première vague de cette pandémie. Cependant, malgré cet arrêt quasi-total des activités lors du premier confinement et une année 2020 très particulière, les baisses de transactions ont été limitées. Comme nous l’indique le site des Notaires de France le nombre de transactions a dépassé le million. Ainsi, ils nous rapportent sur leur site qu’à la fin février 2021, il y a « un montant cumulé de 1 046 000 transactions […] soit -2,3 % sur un an. ». Alors que les taux d’intérêt étaient très bas (1,12 %), un record historique, ceux-ci ont connu une courbe ascendante. La crise sanitaire n’a cependant pas eu de réels impacts sur cette hausse. De même, durant cette année 2020, les demandes de crédit immobiliers ont augmenté. Toutefois, cette crise sanitaire a engendré des difficultés économiques pour les entreprises et a incité le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) de demander aux banques de renforcer les conditions d’emprunts.

Des envies qui se transforment

Cette crise sanitaire n’a pas impacté uniquement l’économie mais également les demandes et envies des ménages. Suite au premier confinement, beaucoup de personnes ont voulu changer de logement. Les particuliers désirent notamment un plus grand espace intérieur. Mais plus particulièrement, nous pouvons noter que les particuliers souhaitent de plus en plus un espace extérieur (balcon, terrasse, jardin). De même, les demandes sur les emplacements des biens immobiliers se sont transformées. De plus en plus d’acheteurs souhaitent s’installer dans des espaces plus ruraux, plus proches de la nature et surtout dans un endroit plus serein que la ville. Ces nouvelles demandes ont donc entrainé un rééquilibrage des prix entre métropoles et campagnes. L’immobilier à Paris connait d’ailleurs des baisses de prix comme nous le rapporte le site des Notaires de France : « le prix des appartements anciens amorcerait dès lors un mouvement baissier, passant de 10 850 €/m² en novembre 2020 à 10 600 €/m² en avril 2021. ». À l’inverse, le prix de l’immobilier dans les villes de province a, quant à lui, augmenté toujours selon ce même site des Notaires de France : « la quasi-totalité des départements affiche des prix médians en hausse ». Dans l’ensemble, les Notaires ont constaté une hausse globale des prix  de 5,9% sur un an. Cette envie de s’installer dans des endroits plus calmes est également encouragée par l’instauration du télétravail. Cela est évidemment possible à condition que les communes d’installation soient pourvues de réseaux haut débit. La proximité avec le lieu de travail n’est ainsi plus obligatoire.

Une valeur refuge

Malgré cette crise sanitaire, l’immobilier continue d’attirer les acheteurs. En effet, investir « dans la pierre » est une valeur sûre, une valeur refuge. La population souhaite toujours investir dans des biens immobiliers. Nous pouvons d’ailleurs relever que, selon un sondage de MeilleursAgents.com, 68% des particuliers estiment que l’immobilier est un investissement fiable, un bon moyen pour placer son argent. De plus, de nombreuses aides sont mises en place pour encourager les particuliers à acheter et à investir. Nous pouvons, par exemple, mentionner la loi Pinel qui vous fait bénéficier d’une réduction d’impôts. Vous pouvez d’ailleurs consulter le site des services publics présentant cette loi Pinel. Par ailleurs, si vous désirez en savoir plus sur ces investissements, vous pouvez consulter notre article abordant les avantages à investir dans l’immobilier neuf.

Un changement des pratiques professionnelles dans l’immobilier

Les pratiques des professionnels de l’immobilier ont aussi connu les effets de la crise de la Covid-19. En effet, suite à l’instauration du télétravail, cette crise a forcé les entreprises à se tourner vers la digitalisation. Ce changement n’a pas épargné l’immobilier. Ainsi, les professionnels de l’immobilier ont également pour enjeu de s’adapter à ces nouveaux outils numériques. Ainsi, ils peuvent proposer de nouvelles façons de visiter les logements, virtuellement par exemple, de contacter les acheteurs par visio conférence…

 

La Covid-19 a donc engendré une crise mondiale, avec des impacts lourds dans de nombreux secteurs professionnels, économiques ou encore culturels. Toutefois, nous pouvons constater que le secteur de l’immobilier s’en sort plutôt bien. L’immobilier continue d’attirer les particuliers et les investissements.

 

Vous souhaitez investir dans l’immobilier ? Consultez nos programmes immobiliers actuels ainsi que nos terrains à bâtir. Pour plus de renseignements n’hésitez pas à nous contacter !